Télétravail régulier à long terme : comment transformer l’essai ?

netwrix - pierre louis lussan
Par Pierre-Louis Lussan, Country Manager France et Directeur South-West Europe chez Netwrix

Une enquête récente de Gartner, réalisée auprès de directeurs RH, révèle que près de la moitié des organisations ont déclaré que 81 % de leurs employés travaillent à distance à cause de la pandémie actuelle. Cette étude montre également que de nombreux actifs envisagent de télétravailler plus souvent à l’avenir, après la levée du confinement.

Les principales difficultés pour allier télétravail et sécurité résideront dans la motivation, le conseil et la gouvernance du personnel. Alors que dans de nombreux cas, il sera simple de permettre à l’ensemble des collaborateurs de travailler à distance, pour de nombreux secteurs – tels que la vente au détail, l’industrie ou encore l’hôtellerie – ce n’est tout simplement pas une option. Par conséquent, identifier quels postes peuvent être occupés à distance à long terme est essentiel. Deuxièmement, il faut veiller à ce que les entreprises disposent du personnel adéquat, à même de maintenir la productivité dans ce nouveau paradigme. Ainsi, une organisation qui travaille avec une équipe relativement inexpérimentée par exemple aura plus de difficultés, ce qui aura à terme des conséquences financières. Enfin, si le télétravail se démocratisait, un nouvel ensemble de processus de gouvernance et de suivi serait nécessaire pour assurer une efficacité opérationnelle et réglementaire.

Un autre défi majeur repose sur le fait que de nombreuses organisations fonctionnent toujours avec des systèmes informatiques aujourd’hui désuets, qui n’ont pas été conçus pour permettre l’accès à distance, ou pour prendre en charge de nouvelles technologies, telles que les appareils IoT. Ils ne sont donc pas du tout adaptés aux télétravailleurs. De plus, les employés utilisent parfois leurs appareils personnels pour accéder aux réseaux et aux données de l’entreprise, ce qui entraine un risque de sécurité significatif ; qui pourrait s’aggraver si cette pratique se poursuivait après la pandémie. Gartner précise en outre que les employés en permanence à distance sont plus susceptibles de faire partie de cinq équipes de travail différentes ou plus. Il est par conséquent d’autant plus important qu’un contrôle et une gouvernance accrus soient en place, afin de s’assurer que le personnel peut s’acquitter de ses responsabilités en toute sécurité. Dans la pratique, cela implique que les collaborateurs disposent de datacenters en ligne sécurisés, gérés par des équipes IT, et analysés en permanence pour identifier les données à risque. La surveillance du comportement des utilisateurs est également indispensable pour détecter tout incident de sécurité potentiel en temps réel.

Finalement, alors que les formats du travail ne cessent d’évoluer, il est crucial pour les entreprises de se préparer à une perte de données et à l’augmentation des erreurs des collaborateurs à distance. La priorité actuellement est donc de définir précisément les bonnes pratiques et processus à suivre pour les télétravailleurs, les mettre en place et s’assurer qu’ils soient rigoureusement appliquées. Alors seulement, les équipes pourront bénéficier de ce format après la fin de la crise sanitaire actuelle, et disposer de toutes les conditions nécessaires pour être productifs dans un cadre de travail sécurisé.