Développement logiciel : des silos existent et le processus de livraison est déconnecté, mais rien n’est perdu

cloudbees - Michael Baldani
Par Michael Baldani, Product Director, CloudBees

Où en est la livraison de logiciels aujourd’hui ? Si nous devions en faire le bilan, il comprendrait un mélange de succès à court terme et de préoccupations à long terme.

A première vue, les choses semblent positives. Les entreprises adoptent une culture DevOps, construisent plus rapidement des pipelines d’intégration et de déploiement continus (CI/CD), font des tests pour identifier les problèmes plus rapidement en mode « fail fast », et innovent de manière plus créative que jamais. Les géants de la technologie tels que Netflix, Amazon et Facebook publient des mises à jour en continu chaque jour, en même temps que les initiatives de développement « cloud native » aident les startups à devenir plus agiles. Le potentiel de livraison de logiciels est énorme. 

Si l’on creuse un peu plus profondément, la livraison de logiciels présente quelques difficultés à surmonter. Malgré les progrès réalisés au cours de la dernière décennie, la livraison de logiciels reste ralentie par un manque d’efficacité dans plusieurs domaines. Les équipes collaborent mieux qu’auparavant, mais elles sont encore trop nombreuses à travailler en silos. Les outils utilisés remplissent bien des tâches spécifiques, mais ils sont largement déconnectés les uns des autres. Les processus gagnent en efficacité, mais sont encore largement isolés. Tout cela aboutit à une situation où malgré leur bonne volonté, les développeurs, les équipes opérationnelles et produits, ainsi que les dirigeants s’avouent frustrés par le résultat final.

Pour changer la donne, il faut un effort ciblé pour rassembler les parties prenantes, les outils et les processus, afin qu’ils fonctionnent de concert et qu’ils s’alignent sur un ensemble d’objectifs. Plus précisément, une meilleure définition du concept de la livraison de logiciels s’impose pour mieux appréhender les nombreux défis spécifiques auxquels le domaine est confronté.

Alors que le logiciel continue à « dévorer le monde », les experts le considèrent sous un nouvel angle, de la perspective de la « Software Delivery Management » (SDM). L’approche Software Delivery Management ne consiste pas à établir un plan méthodique de financement des programmes ou d’augmentation des indicateurs spécifiques. Mais cette vision aide à identifier les défis et des pistes pour que la livraison de logiciels joue un rôle plus important dans la réalisation des objectifs commerciaux.

Les défis en matière de livraison de logiciels

L’un des plus grands défis auxquels les entreprises sont confrontées aujourd’hui est de savoir comment briser les silos entre les suites d’outils et entre les différentes équipes. Il n’est pas rare qu’une entreprise utilise plus de 50 outils de développement différents pour tenter d’aller plus vite et de réduire les erreurs ; pourtant, chaque outil ne traite qu’une seule étape distincte du cycle de vie du développement logiciel, tout en contribuant à une complexité toujours croissante. 

Avec autant d’outils, il n’y a pas de données partagées, pas de moyen de gérer les transferts entre les équipes, et pas d’interface unique pour fournir une visibilité sur l’ensemble du processus. En outre, les équipes en charge du logiciel ne disposent souvent d’aucune information sur la manière dont le logiciel s’intègre dans la stratégie commerciale globale de l’entreprise, ou sur la manière dont il est utilisé par les clients. 

Face à ce manque de cohérence, il est difficile pour les développeurs de créer des logiciels qui répondent aux besoins des clients et de l’entreprise. Les boucles de rétroaction continue deviennent la norme dans le domaine du développement, mais il n’est pas évident d’obtenir des informations sur la façon dont la nouvelle fonctionnalité ou application est utilisée, ou si elle répond de manière adéquate à l’objectif commercial visé. Ce qu’il faut c’est une boucle de rétroaction plus solide et plus étendue sur ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas, afin de favoriser une amélioration continue de la qualité et des fonctionnalités des logiciels.

L’approche SDM établit un système d’enregistrement pour un modèle de données commun et des processus connectés. Il étend également la boucle de rétroaction des applications, du développement à l’adoption par les clients. Le résultat : un logiciel qui non seulement avance plus rapidement dans la file d’attente, mais qui répond aux besoins commerciaux, satisfait les clients et entraîne une amélioration continue en termes de valeur et d’impact.

L’approche Software Delivery Management

L’approche SDM se base sur quatre piliers fondamentaux qui collectivement permettent aux entreprises de piloter leurs activités à l’aide du logiciel :

  • Cette approche repose sur le besoin de données communes. Les données clés ne sont plus enfermées dans des silos d’outils spécifiques à un domaine, tel que la gestion des services informatiques, la gestion du code source ou les logiciels de service d’assistance. Au contraire, elles sont reliées entre elles.
  • Les entreprises doivent mettre en place une structure prenant en compte et connectant l’ensemble des processus. Lorsque la planification des produits, la conception, l’assistance clients, le développement et la livraison des logiciels sont connectés, une livraison rapide et continue devient la norme.
  • Relier les données et les processus aide les entreprises à générer des informations et connaissances partagées et universelles.
  • En s’appuyant sur les trois autres piliers, les équipes en charge du logiciel s’intègrent dans la structure plus large de l’entreprise, et la collaboration continue entre les participants au processus de livraison des logiciels devient naturelle.

Un avenir prometteur

Pour résumer, l’avenir s’annonce prometteur pour la livraison de logiciels. Certes, des défis sont à relever. La technologie continuera d’évoluer, de nouveaux outils apparaîtront sur le marché, les exigences commerciales augmenteront et les équipes seront confrontées à des pressions supplémentaires pour répondre à des besoins toujours croissants. En mettant en œuvre les concepts et les pratiques de l’approche SDM, les entreprises seront en mesure de relever ces défis et de tirer parti du logiciel en tant que différenciateur concurrentiel.